lundi 15 septembre 2014

Les premieres boutiques de japanim (a Paris)



Les magasins de manga et de japanim, au debut des annees 90, c'etait avant tout a Paris que ca se passait. Non pas qu'il y en avait pas dans d'autres grosse villes de Province (je vous avais fait un article sur les boutiques de Lyon il y a longtemps), mais ca n'avait rien de comparable.
Petit article-souvenir pour ceux qui ont connu cette epoque... Notons qu'a part Junku (qui est un cas a part), plus aucun de ces magasins n'existe encore aujourd'hui.



Junku
D'abord rue Saint-Honore puis 18 rue des Pyramides (1er)
A la base, Junku est une immense chaine de librairies au Japon (genre Flammarion), qui possede egalement des succursales dans un certain nombre de grandes capitales etrangeres. A la base, Junku ne vend presque que des livres/journaux en japonais, pour une clientele nippone residant a l'etranger. Au debut, les manga ne representaient donc qu'une faible part de leurs stocks.
Mais au fil du temps, le nombre de fans francais augmentant de semaine en semaine (il y a du y avoir une explosion vers fin-89 debut-90, quand l'adresse de Junku a ete publiee dans le courrier des lecteurs du Club Dorothee Magazine...), le local s'est retrouve trop petit! Ils ont alors demenage rue des Pyramides, ou cette fois un des deux etages etait entierement consacre aux manga/japanim.
On pouvait leur reprocher des prix parfois franchement prohibitifs, surtout sur les CD (genre 300 francs...)
Si ce sont les seuls a etre encore la aujourd'hui, c'est parce que certes si les manga ont booste leur chiffre d'affaires, ils n'en avaient pas specialement besoin a la base, ca reste avant tout une librairie generaliste pour nippophones.



Tokyo-do
2 rue Saint-Anne
Dans le meme genre que Junku, magasin tenu par et pour des Japonais, mais beaucoup plus petit. Les prix etaient un peu moins chers dans mes souvenirs... Je ne sais pas quand ils ont ferme, mais peut-etre que la concurrence de Junku leur a ete fatale.
Si quelqu'un a une photo, je suis preneur!


Tonkam
29 rue Keller (11eme)
Ouvert en 1989 (auparavant, ils avaient deja un stand sur des Puces 3 fois par semaine). le plus celebre surement. Le samedi, il y avait un monde fou sur le trottoir; point de rencontre incontournable pour les fans Parisiens.
Ils ont ete aussi parmi les premiers a publier du manga traduit en francais (Video Girl Ai). Ils ont helas ferme en 2010, une page se ferme definitivement.



Madoka
25 rue Faidherbe (12eme)
Ouverts de 92 a 98. Je n'y suis jamais alle mais j'ai cru comprendre qu'ils s'etaient specialises en maquettes/figurines.



Katsumi
A part le nom, je n'en ai aucun souvenir... Je crois qu'ils faisaient pas mal de manga pornos.
Comme Tokyo-do, si quelqu'un a une photo, ca m'interesse aussi!


Samourai
42 rue Maubeuge (9eme)
Si j'ai mis une photo "Allia Games", c'est parce que le rapport n'est pas tres net avec Samourai (et je n'ai pas trouve d'autre photo de toutes facons!). Le nom a change? Succursale? Je ne sais pas mais c'est bien la meme societe derriere.
Il parait que les prix etaient plus ou moins etablis a la tete du client...


Musica
Dans le 13eme
Comme le nom peut le laisser supposer, specialises dans les CD. Originaux j'espere... (non, je ne parlerai pas de Konci dans cet article!)



Gaijin
23, rue Keller (11eme)
Ils n'ont pas tenu longtemps dans mes souvenirs... Situes a seulement 6 numeros de Tonkam dans la meme rue, ca n'a pas du pardonner!



Atomic Club
17 rue Trousseau (17eme)
Specialises dans le vintage. Si on cherchait des artbooks ou goods d'anime des annees 70-80, c'est la qu'il fallait aller. Helas, les prix etaient souvent delirants... (800 francs un artbook Grendizer, 500 un City Hunter...)


Imagika
86 rue de Baudricourt (13eme)
Ils faisaient de la location de laserdiscs. Je parle au passe mais il est possible qu'ils existent encore ou aient demenage, ce n'est pas tres clair.


8 commentaires:

  1. N'ayant commencé à habiter Paris qu'au début des années 2000, je ne me rappelle guère que de 2 ou 3 enseignes là-dedans. Pour Tonkam, je crois savoir que c'est l'augmentation du prix du loyer qui a signé la perte du magasin, qui de toute façon semblait pas mal tourner au ralenti ces dernières années...

    Hatsumomo

    RépondreSupprimer
  2. Merci pour cet article. N'oublions pas Mangarake qui se tenait aussi rue Keller et Mangatec rue des Goncourt.

    RépondreSupprimer
  3. Salutations!
    Alors quelques trucs en vrac:
    Samourai fixait effectivement les prix à la tête du client et avait aussi des vendeurs peu scrupuleux (me suis fait fourguer des CD copies chinoises au prix du jap' alors que je n'était qu'un noob)
    Atomic avait effectivement une politique de prix assez amusante: "S'ils sont assez bêtes pour payer ce prix là je serais encore plus stupide de vendre moins cher" Je cite de mémoire l'un des vendeurs lors d'une convention ou je les aidais lorsque je me suis offusqué des prix qu'il me demandait d'inscrire sur les produits vendus.
    Tokyo-do était en effet moins cher... Parce que c'était de l'occaze!
    Katsumi faisait bien du cul et Madoka de la figurine il est a noter que Madoka avait aussi des vendeurs tellement méprisants pour la plèbe arrivée après 94 qu'ils en sont mort...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'avais entendu parler pour Atomic de cellulos dont le prix en yen etait transforme tel quel en francs, par exemple: 500 yen = 500 francs...

      Supprimer
  4. J'aurais été content de revoir la devanture de l'ancien Tonkam ou de la 1er boutique de Junku... Si quelqu'un a des photos...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et moi donc! J'ai cherche sans succes; ca risque d'etre chaud de trouver ca... Si quelqu'un a pris des photos a l'epoque et qu'il lit ce blog...

      Supprimer
  5. Oui, le Tonkam ou il avait +99% des produits en jap à l'époque !

    RépondreSupprimer
  6. Katsumi étaient rue titon je crois, c'était mon parcours au collège.
    Tonkam et tout Keller, Madoka et Katsumi pour finir.
    Par la suite konci et le bd ont complété ma balade.

    RépondreSupprimer