mardi 7 novembre 2017

La malediction des boutiques lyonnaises de manga

(article initialement publie le 4 Aout 2010)
Tout du moins jusqu'au debut du millenaire.
S'il y a des Lyonnais d'un certain age qui me lisent, ils doivent savoir que la capitale des Gaules a toujours ete maudite en ce qui concerne les magasins de manga/japanim. Petite retrospective, essentiellement faite de memoire (on va remonter jusqu'a presque 25 ans en arriere donc bon, ce sera parfois un peu flou...). Pour les autres, ca risque d'etre un peu chiant. Lisez quand meme l'experience Shinjuku, c'est assez drole...


*Metropolis
Tres vraisemblablement le 1er magasin de la region a faire du manga. Existait debut 1992, mais a peut-etre ouvert avant. Situe juste a cote du Palais de Justice, a deux pas d'une librairie de BD/comics (ou je me rappelle avoir vu le Strange numero 1!)
En decouvrant cette boutique grace a Superloustic, j'ai pu voir un manga pour la 1ere fois. Je connaissais deja les paves a la Weekly Jump, mais je n'avais encore jamais eu de volume relie entre les mains. En l'occurrence ce jour-la, je suis reparti avec le 35eme (et ultime) numero de City Hunter qui venait de sortir, que j'avais du payer dans les 45 francs, ce qui etait dans les prix habituels a l'epoque.
Metropolis vendait donc des manga, des Jump, quelques revues (New Type, Animage...) et CD. De l'import US egalement avec des fanzines et des manga en version americaine (je me rappelle y avoir achete du Ranma en tout debut de publication chez Viz Comics).
Le gerant etait sympa mais malheureusement, il nous a quitte tragiquement dans un accident de la circulation peu de temps apres. La boutique a ete reprise mais pour devenir specialisee en goods/figurines de BD franco-belge uniquement.
Je ne sais pas du tout ce que c'est devenu ensuite.

*Nom inconnu
Je me rappelle aussi vaguement d'un petit libraire aux Terreaux (de toutes facons, la plupart des magasins etaient dans ce quartier), dont j'ai oublie le nom, a peu pres a la meme periode. Surtout du comics, mais il y avait quelques Jump et fanzines francais (je crois y avoir achete un retirage de l'Animeland numero 1...)

*Boulevard de la BD
Surement le plus connu, mais c'etait le plus gros et celui qui a tenu le plus longtemps. Je ne sais pas trop quand il a commence a faire du manga mais cela devait deja etre le cas en 93. Avant tout BD franco-belge, mais aussi comics et donc manga. Un certain choix, plus des artbooks, des magazines (a une epoque, j'y prennais Anime V chaque mois), des goods, des CD, des VHS (francaises) et meme quelques LD (j'en avais achete un la-bas pour etrenner mon lecteur).
Le gerant ayant probablement pris sa retraite (il avait deja un certain age) vers 2005 (mais je suppose qu'il ne faisait plus de manga VO depuis longtemps), la boutique sera rachetee par un jeune couple qui ne parviendra pas a fideliser la clientele, et fermera definitivement fin 2008. Aujourd'hui, il y a un cafe a la place...
Devant Boulevard (a defaut d'y entrer) sera surtout le lieu de rendez-vous oblige pour nombre de fans les samedi apres-midi...
 

*Konci/Fantasy Games
D'abord situe cote gauche de la place Jean Mace (enfin, un peu avant), ils demenageront peu apres a une centaine de metres (cote droit), et se rebaptiseront Fantasy Games (ils ouvriront aussi un City Games et un New City Games...).
Avant tout specialistes de jeux d'import (Dragon Ball Z Super Butoden 2 a 700 balles + l'adaptateur, ouille), c'etaient les rois du pirate. CD, cartes, posters... Forcement, leurs prix etaient imbattables. Entre un CD HK a 100 francs et le meme en original jap a 250, je crois que de nombreux fans avaient fait leur choix, surtout quand on est lyceen peu fortune... (J'avoue y avoir achete la CD-BOX Dragon Ball a 500 francs, qui valait 800 en original...)

*Neo-Gokuraku
Tenu par Gwenael Jacquet, president de l'ex-association Sumi (je vous en reparlerai). Rue Ney, pres du metro Massena. La 1ere boutique 100% manga/japanim. Manga, artbooks, goods, LD, etc... Toute petite et sinon mal situee, tout du moins mal mise en valeur (avant, c'etait un magasin de chaussures, ils n'ont jamais enleve l'enseigne!). On m'a dit aussi que le gerant se rachetait une partie de ses stocks, donc evidemment le commerce en a pati... Grosso modo, ca devait etre entre 93 et 95, ils ont du tenir 1 an et demi, peut-etre 2.
Neo-Gokuraku, c'etait surtout un lieu de discussion entre animefans. On venait pour taper la parlote plus que pour acheter.
 

*Fan Games
Le plus connu avec Boulevard, car lui aussi a tenu assez longtemps. Je ne me souviens pas vraiment quand cela a commence, peut-etre en 94, pour fermer en 2009. Comme Konci, c'etait avant tout du jeu video. Pas de manga je crois, mais des artbooks, des CD, et des VHS francaises.
Souci, le gerant avait mal choisi son vendeur: qui revendait des produits du magasin pour lui et trafiquait les comptes... Je me souviens avoir commande un CD, qui n'est officiellement jamais arrive. En realite, il avait probablement ete revendu par ce biais...

*Shinjuku
C'est pas beau de taper sur les copains (enfin, un ex-copain donc pas de probleme). Mais il faut avouer que Shinjuku a vraiment accumule toutes les tares possibles et imaginables!! Ouvert en gros de Mars a Septembre 96.
1er gros point noir: la localisation. Une toute petite rue dans le 3eme Arrondissement, totalement non-frequentee. Impossible de tomber sur le magasin par hasard, et en plus aucun signe ne l'annoncait a l'exterieur.
Bon admettons, une fois qu'on connait l'adresse apres tout... Mais cela ne fait que commencer. Un tout petit local avec un choix MISERABLE (quelques manga et CD sur deux etageres probablement faites maison), et cher en plus. Quelques ramicards aussi... Des vraies certes, directement achetees a Animate (tres grosse chaine japonaise specialisee en goods d'anime), mais bon...
Ils ont ete cambrioles une fois (deux?), il n'y avait certes pas grand-chose a prendre. Le vendeur y a perdu certains de ses objets personnels, plus que le magasin a perdu des stocks... A partir de la, le vendeur (qui n'etait pas un des deux gerants, je le precise) a emmenage dans l'arriere-boutique (il devait y avoir un matelas, des toilettes, et un rechaud pour faire la cuisine).
L'un des gerants n'a pas hesite a revendre des produits pretes par des amis. Il me devait aussi de l'argent (je leur avais fait quelques courses lors de mon 1er sejour au Japon), dont je n'ai jamais vu la couleur pour une partie.
Ouvert pratiquement en permanence, meme le dimanche (de maniere totalement illegale).
Par moments, il regnait une ambiance assez pourrie (y a carrement un des habitues qui s'est suicide. Enfin, ca n'avait rien a voir avec la boutique quand meme!), surtout - sans vouloir etre misogyne - du cote des filles (il semble y avoir eu quelques histoires de cul aussi...)
Comble de tout, ils n'ont jamais paye leur loyer, pas etonnant qu'ils se soient fait expulser au bout de quelques mois... C'est meme etonnant que cela ait dure aussi longtemps.
En fait, Shinjuku est un excellent modele, puisqu'il montre tout ce qu'il ne faut pas faire en la matiere :)
 

*Anime World
A ma connaissance, le dernier. Il a du ouvrir en 97 ou 98, pour fermer en 2001.
La encore, 100% japanim. ENFIN un magasin pas trop mal place, a l'interieur agreable, aere et qui ressemblait vraiment a un commerce. Un choix assez vaste mais presque uniquement de produits anciens/collectors, qui provenaient en partie d'Atomic Club, le celebre repaire de vol... pardons vendeurs parisiens. Genre artbook Grendizer a 800 balles.
Souci: la japanim et surtout le manga VO commencaient a serieusement pericliter en France, face au nombre de plus en plus important de sorties officielles francaises. Ca plus les prix...
Un jour, le gerant s'est barre sans rien dire, en emportant avec lui des articles en depot-vente de ses clients... Autant dire qu'aujourd'hui encore, il n'a pas interet a remettre les pieds dans la region.


J'aurais aussi pu citer la librairie Glenat a la Part-Dieu qui durant un temps faisait quelques manga VO, mais vu que cela representait 0,0001% du magasin...

Bref, aucun n'a vraiment reussi a tirer son epingle du jeu, a part Boulevard mais dont le manga ne composait qu'une partie minime de leur commerce. Metropolis aurait pu devenir une boutique de reference, si le gerant n'etait pas decede... Enfin, Fan Games ou Konci etaient avant tout des magasins de jeux video; ils auraient sans doute pu vivre meme sans le manga.

4 commentaires:

  1. Si malédiction il y a, elle semble aussi s'exporter à Paris où on trouve pas mal d'histoires assez similaires, surtout dans les magasins de jeux vidéo du boulevard Voltaire (la spectaculaire descente de police du début des années 2000 reste encore dans les mémoires des habitués...).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai mais moins, dans le sens ou certaines boutiques ont quand meme reussi a tenir tres longtemps, comme Tonkam. Sur Lyon, si on met de cote celles qui faisaient autre chose a cote (comme du jeu video), aucune n'a du tenir plus de 3ans (et parfois beaucoup moins!)

      Supprimer
  2. "Getter Robo". Gérard d'Atomic Club était une ordure ! Et l'objet coûtant 800 francs c'était un "Roman Album".

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne connaissais pas son nom, mais j'en ai eu d'autres echos pas tres glorieux en effet...

      Supprimer